Nombre de pages : 306.

Éditeur : Hors collection.

Date de sortie : 15 juin 2017.

Prix : 18,50€

 

La série des James Bond décryptée par l’Expert français du genre : Frédéric-Albert Levy, l’un des cofondateurs de la revue de cinéma Starfix. Vous ne regarderez plus jamais l’agent 007 comme avant. Girls, gadgets, exotisme,décors, poursuites automobiles, cascades, répliques laconiques et drôles… Il ya tout cela, il faut tout cela dans un « Bond ». Qui n’a pas en mémoire l’apparition d’Ursula Andress dans Dr. No ? le chapeau mortel d’Oddjob dans Goldfinger ? le parachute Union Jack qui s’ouvre in extremis dans le prégénérique de L’Espion qui m’aimait ? la base de lancement de fusées dissimulée au coeur d’un volcan dans On ne vit que deux fois ? 
C’est parce qu’il sait qu’il aura droit à de telles séquences que le public va voir régulièrement, pour ne pas dire religieusement, des « Bond » depuis plus d’un demi-siècle. Mais on se trompe si l’on pense que le succès de cette série est construit sur des formules. Des formules capables de garder leur pouvoir de séduction aussi longtemps ? Allons donc… Il a bien fallu qu’elles se renouvellent, ou tout du moins qu’elles évoluent. La James Bond Girl d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec celle des années soixante. Les gadgets de l’agent 007 ne signifient plus la même chose aujourd’hui, quand n’importe qui peut communiquer instantanément avec n’importe qui à l’autre bout du monde sur un téléphone portable. Quant à la question rituelle qui consiste à se demander qui, de Sean Connery, de Roger Moore ou de Daniel Craig est le meilleur James Bond, elle est, disons-le, parfaitement absurde. La force du personnage de Bond, c’est précisément le fait qu’il ait pu continuer à exister sans fléchir à travers une demi-douzaine d’interprètes différents. Chaque fois, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Il est, tout simplement, inscrit dans l’Histoire. 

Il y a des sagas cinématographiques qui sont devenu culte et que j’aime particulièrement. Pour moi il y a, entre autre, Indiana Jones, Star wars ou encore et surtout James Bond… Alors quand j’ai vu ce livre je me suis dit que ça me plairait sans doute beaucoup ! Je l’ai donc lu et j’ai passé un bon moment, même si je n’ai pas souvent été d’accord avec l’auteur :p Merci aux éditions « Hors collection » pour l’envoi 🙂

Le point fort de ce roman est évidemment qu’il est très intéressant ! L’auteur fait en effet le tour d’un peu près tout ce qui fait la saga. Il consacre un chapitre à Ian Flemming, l’auteur des livres original (je ne savais pas qu’il était raciste !), des chapitres à trois des acteurs qui ont joué l’espion, un chapitre à chaque symbole qui caractérise la saga ainsi qu’un chapitre à 14 des 24 films !

A contrario le défaut du livre réside à son nombre de pages : 306. Il est assez évident que c’est un peu court pour faire le tour d’une si longue saga… Je ne sait pas si c’était un choix de l’auteur ou un impératif mais c’était parfois dommage 😦

Si vous voulez un livre qui traite du sujet en toute impartialité, ce n’est pas ce livre qu’il vous faut. En effet l’auteur donne très souvent son avis. Ou l’avis général. Ce qui est pareil selon moi, s’il relais un avis c’est qu’il est d’accord. Bon j’ai l’impression que le début de ce paragraphe est négatif, ce n’est pas mon intention puisque ça ne m’a pas dérangé du tout 🙂 Au contraire c’était assez intéressant d’avoir l’avis d’un « spécialiste » de la saga ! Et ça permet aussi de confronter son propre avis au sien…

Et c’est peut-être là que j’ai eu le plus de mal : Je n’ai pas souvent été d’accord avec Frédéric Albert Lévy. Notamment sur le fait que les films de Pierce Brosnan ne sont pas des plus réussi… Franchement qui les confond ? Peut-être ceux qui ne les ont vu qu’une fois mais certainement pas un fan ou un spécialiste comme lui. De même il nous dit que pour lui on touche à la limite de la saga depuis qu’on a rendu plus sombre et qu’on implique plus les atermoiements de Bond avec l’arriver de Daniel Graig. Pour lui Bond doit être un espion, point, sans état d’âme. Pour moi la saga n’a jamais été aussi intéressante. Enfin il nous dit qu’il ne peut plus y avoir de méchants étranger, maintenant que la guerre froide est terminée… Depuis quand un méchant dans un blockbuster doit obligatoirement être un pays étranger ? Bref beaucoup de points sur lesquels on est pas des plus d’accord ^^

Et puis, dernier petit défaut : Peut-on penser à ceux qui ne parle pas ou ne comprenne pas l’anglais ? Il y a nombre de citations en anglais qui ne sont pas traduites ! Alors il y en a qui le sont mais pas tous… J’ai pourtant l’impression que c’est la base dans un livre en français :/

Enfin je terminerais en disant que le livre s’adresse tout de même à ceux qui ont vu les films au moins une fois et qui en garde de bons souvenirs. L’auteur y fait très souvent référence en parlant de scènes bien précise. C’est une qualité mais du coup ça ne permet pas de suivre si on a pas vu 🙂

Très chouette, très intéressant, lu en même pas 48h. Dommage pour les petits défauts !

Publicités