Bonjour les amis, comment allez-vous?

Cela fait quelques jours maintenant que l’on n’arrête pas de nous parler de Delphine de Vigan, de Mathias Enard, de Goncourt, de Renaudot,….

Mais quels sont ces prix littéraires ? Qui les attribuent ? Depuis quand existent-ils ? Quelle influence sur les ventes ? Cela en fait des questions ! Et je vais tenter d’y répondre 🙂

Le Goncourt : 

Certainement le plus connu ! Il récompense « le meilleur ouvrage d’imagination en prose, paru dans l’année ». Et est attribué par l’académie Goncourt.

Depuis quand?

Le prix fut créé en 1896 suite au testament d’Edmond de Goncourt ! Mais la Société littéraire des Goncourt fut officiellement fondée en 1902 et le premier prix fut proclamé en décembre 1903.

Par qui?

Le prix est proclamé par l’Académie Goncourt.

Qui est en fait, un groupe de dix auteurs qui doivent obligatoirement écrire en français (et non pas être français). Il n’y a pas de candidature à donner pour entrer à l’académie. Lors du départ ou du décès d’un membre, ce sont les autres qui cooptent un nouveau membre. Le membre rentre dans le groupe uniquement si tout le monde est d’accord ! Ils passent tellement de temps ensemble que la bonne entente est primordiale.

Comment?

Les membres de l’Académie Goncourt se réunissent le premier mardi du mois lors d’un déjeuner au restaurant Drouant à Paris. Les œuvres en lice pour l’attribution du prix font l’objet de présélections. Une première sélection est effectuée en septembre, une deuxième, puis une troisième sélection sont effectuées en octobre, le prix étant attribué début novembre.

Les votes pour l’attribution du prix s’expriment oralement et en autant de tours de scrutin que nécessaire. Lors des dix premiers tours, le lauréat doit obtenir la majorité absolue des voix pour être choisi ; pour les 11e, 12e et 13e tours, la majorité devient relative ; si, lors du 14e tour, il y a égalité, la voix du président est prépondérante.

Gagnant 2015 :

Mathias Enard pour « Boussole » – Acte sud.

Le Renaudot :

C’est le deuxième prix le plus important (et quand je parle d’important, c’est du côté prestigieux ^^). Il est décerné en même temps que le Goncourt le premier mardi de novembre au restaurant « Drouant » à Paris. En théorie, il récompense un roman ou un récit au ton et au style nouveaux.

Depuis quand ? 

Le Renaudot a été créé en 1925.

Par qui ?

Il est composé de dix membres (journalistes et critiques) recrutés par cooptation. Une présidence tournante est confiée chaque année à l’un des membres, par ordre d’ancienneté d’appartenance au jury.

Comment ?

De la même manière que le Concourt. Mais les règles sont bien moins strictes ! En 2004, les membres du Renaudot n’ont pas hésité à donner leur prix à une romancière morte en 1942, Irène Némirovsky, auteur de Suite française.

Gagnant 2015 :

Delphine de Vigan pour « D’après une histoire vraie » – JC Lattès.

Le Femina :

C’est un prix décerné uniquement par des femmes. Il avait pour but de protester contre l’attribution systématiquement masculine du prix Goncourt.

Depuis quand ?

Il est créé en 1904 par 22 collaboratrices du magazine La vie heureuse, soutenu par le magazine Femina, sous la direction de la poétesse Anna de Noailles.

Par qui ?

Il s’agit d’un jury exclusivement féminin. Elles sont douze plus un membre d’honneur.

Gagnant 2015 : 

Christophe Boltanski pour « La cache » – Stock.

Le prix interallié :

Il récompense un roman écrit par un journaliste. Même si Michel Houellebecq le gagna en 2005.

Depuis quand ?

Il a été créé en 1930. Par une trentaine de journalistes qui déjeunaient au Cercle de l’Union interalliée à Paris (club privé dans le 8e arrondissement), en attendant les délibérations du Femina.

Par qui?

Il est composé de dix journalistes masculins. Lesquels sont rejoint par le gagnant de l’année précédente.

Critiques : 

Certains ont surnommé ce prix littéraire le prix InterGrasset. Ils constatent en effet que les éditions Grasset sont largement surreprésentées dans le palmarès du prix : 28 sur 79 depuis la fondation, mais surtout 26 sur 48 depuis 1965 inclus.

Gagnant 2015 :

/

Le Médicis:

A pour vocation de récompenser un roman, récit ou recueil de nouvelles dont l’auteur débute ou n’est pas encore célèbre.

Depuis quand ?

Fondé par Gala Barbisan et Jean-Pierre Giraudoux le 1er avril 1958.

Par qui ?

Par 8 écrivains/journalistes.

Annonce : 

Auparavant décerné en même temps que le Femina à l’hôtel Crillon, il est désormais remis deux jours plus tard au restaurant La Méditerranée, place de l’Odéon dans le 6e arrondissement de Paris.

Gagnant 2015 :

/

Le prix du roman de l’Académie française :

Il récompense durant les trois premières années l’ensemble d’une œuvre littéraire. Ensuite il sera attribué à une œuvre originale d’un jeune auteur publiée dans l’année en cours.

Depuis quand ?

1915.

Par qui ?

Le jury est composé de 12 membres de l’Académie française.

Qui est en fait une assemblée de 40 membres et d’un secrétaire permanent. L’académie a plusieurs commissions dont la commission littéraire qui s’occupe des différents prix.

Gagnant 2015 :

Ex-aequo : Hédi Kaddour pour « Les Prépondérants » et à Boualem Sansal pour « 2084 » – Gallimard.

Un prix, quels impacts ?

L’auteur ne gagne pas d’argent excepté pour le Goncourt et le Grand Prix du roman de l’Académie Français où le lauréat gagne un chèque de 10€ et 7500€ respectivement. Mais les prix littéraires ont un vrai impact sur la vente des livres ! Pour les lauréats, « la hausse des ventes sera immédiate, avec un pic lors des fêtes de fin d’année », explique l’institut GfK Consumer Choices qui publie une étude sur l’impact des prix littéraires sur les ventes : « Les trois dernières semaines de l’année représenteront entre 25 et 35% de leurs ventes totales », assure Sébastien Rouault, chef de groupe Livre chez GfK. « Les prix littéraires restent des rendez-vous attendus par les consommateurs et sont décisifs pour la tonicité du marché du livre », ajoute l’institut.

Pour en savoir un peu plus : 

Une petite vidéo:

La tendance du moment : l’impact des prix littéraires sur le marché du livre a été débattu par Jean Casel, co-fondateur de la librairie « La griffe noire », Marie-Rose Guarniéri, fondatrice de la librairie des Abbesses et Gilles Leroy, ancien prix Goncourt 2007 pour « Alabama Song »

Sondages :

Voilà, j’espère que cet article vous aura plu et que je vous aurai appris des choses 🙂

Dites-moi ce que vous en avez pensé 😉

11920416_147298315610442_1152244205_n

Sources :

– Quoi.info

– Wikipedia

– academie-goncourt.fr

– Zcorrecteurs

– Envied’écrire.com

 

 

 

Publicités