a

Nombre de pages : 297.

Éditeur: Albin Michel.

Prix : 19,90.

Date de sortie : 2 mars 2016.

 

Catégorie - L'histoire

Suite aux mesures drastiques prises durant les siècles précédents, l’Europe devenue Newland vit désormais en paix et en harmonie. Chaque citoyen se voit orienté à quatorze ans vers la filière qui correspond le mieux à ses inclinations. Depuis l’enfance, au vu de ses performances, Marian est assurée d’être dirigée vers un domaine intellectuel. Aussi éprouve-t-elle un véritable choc à ne pas y être admise et un sentiment d’injustice qui va la conduire à transgresser les lois de Newland et en découvrir le fonctionnement, au risque de s’y briser. Roman d’anticipation autant que roman d’apprentissage, Newland nous plonge au coeur des questionnements les plus brûlants qu’Aldous Huxley, avec Le Meilleur des mondes, avait posés en son temps sur notre devenir et sur les dérives qui aliènent, au nom du bonheur et de l’égalité, la notion même de liberté.

Catégorie - Mon Avis

Merci tout d’abord aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre ! D’autant que j’avais repéré celui-là depuis un moment et que cette dystopie « plus adulte » m’attirait énormément.

Et je n’ai pas été déçu, même si j’ai eu assez peur dans le premier chapitre et que ça s’essouffle à certains moments ! Le monde dans lequel nous emmène l’auteure est tellement complexe et différent du nôtre que ce n’est pas facile de comprendre les tenants et aboutissants dans le chapitre de départ. D’ailleurs, à aucun moment l’auteur nous explique clairement ce qu’il s’est passé et les règles d’un coup. On les entraperçoit par-ci par-là avec des brides au fur et à mesure que l’on en a besoin.

L’écriture de l’auteure est assez efficace. Le niveau de langue est assez relevé. Les chapitres sont assez courts aussi, ce qui fait que la lecture file à une bonne vitesse. Et chaque chapitre est du point de vue d’un personnage différent (il y en a 3 en tout), vous savez comme j’aime ce genre de procédé ! Ce qui m’a le plus marqué le monde que nous décrit l’auteur. Il n’y a plus de sexualité, de maternité, de culture, d’info, on ne peut plus choisir dans quelle direction professionnelle aller… Tout est réglé par un seul homme et par les ordinateurs. Je n’aurais pas aimé vivre dans une telle société, même si à travers cela l’auteur nous montre les dysfonctionnements qu’il y a dans la nôtre !

Marian est le personnage qui m’a le plus touché. Elle a toujours voulu être blanche (une des trois castes, avec les bleus et les noires) mais se retrouve noire. Elle considère que c’est une injustice et veut se venger, c’est d’ailleurs le point de départ de l’histoire ! Elle m’a touché pourquoi? Parce que j’ai compris l’injustice de se retrouver dans une caste qui ne nous ressemble pas. Il y a aussi Dan, qui a connu les plus hautes sphères de la hiérarchie et qui nous raconte son histoire par petite touche et qui se révèle assez surprenant. Et enfin, Rhéa qui est une vraie battante et qui va prendre Marian sous son aile et va l’aider à trouver SOL (le grand patron, censé être inconnu).

Dans un paragraphe plus haut, je vous dis que ça s’essouffle parfois… Disons que je ne suis pas sûr d’avoir compris toute l’histoire ou en tout cas d’avoir saisi tous les tenants et aboutissants, l’histoire est complexe ! A un moment, Marian voyage dans le temps et j’ai trouvé ce passage assez long, là où d’autres passages n’étaient pas assez développé à mon goût…

Catégorie - Ma Note

J’ai donc passé un bon moment. Je n’ai pas toujours compris tous les passages, l’histoire étant assez complexe. Mais il y a beaucoup de thèmes sur lesquels il faut se pencher !

7/10

 

Publicités