Nombre de pages : 370.

Éditeur : Les Escales.

Collection : Noires.

Date de sortie : 21 février 2019.

Prix : 21,90€

 

ATTENTION : C’est un tome 5.

Dans les tréfonds d’une boîte de nuit, un jeu SM tourne au cauchemar. Un homme est froidement assassiné, asphyxié jusqu’à la mort. Helen Grace, envoyée sur les lieux du crime, peine à contenir son effroi en découvrant la victime : le corps ligoté et bâillonné est celui de Jake, son dominateur. Helen choisit de dissimuler ses relations avec le défunt et se lance à la poursuite du meurtrier. Mais quand ce dernier s’attaque à nouveau à l’une de ses connaissances, tout bascule. Et si Helen était la véritable cible du criminel ? La détective de Southampton comprend qu’un terrible choix s’offre à elle : confesser ses zones d’ombre, au risque de tirer un trait sur sa carrière, ou arrêter au plus vite l’assassin. Quitte à mettre sa propre vie en danger !

Après avoir lu les quatre premières aventures de notre amie Helen Grace, il était obligatoire pour moi de lire celui-ci ! C’est maintenant chose faite et je dois avouer avoir été un peu déçu… Merci aux éditions Les escales pour l’envoi de ce roman ❤

La déception est donc ce qui ressort le plus après la lecture de ce nouveau tome. Et ce pour une principale raison : L’auteur a raté, pour moi, ce qu’il voulais faire ! Tout l’enjeu de cette nouvelle histoire est que pour une fois Helen est dans de beaux draps. Tout tourne autour d’elle. Et même les meurtres semblent reliés à elle… Ça aurait pu être passionnant, mais malheureusement ce ne fut pas le cas 😦

En grande partie, je pense, parce que malheureusement l’auteur passe beaucoup trop de temps à poser les fondements du piège. On sent qu’il distille ici et là les jalons qui font faire que… Mais non seulement on les voit arriver mais en plus ça casse le rythme ! Ce qui a toujours fait la réussite de la saga c’est le tempo, l’atmosphère, ce sentiment qu’il y a urgence, qu’il faut se dépêcher, qu’on a pas une minute à perdre,… Ici rien de tout ça, parce que l’auteur se concentre – trop – sur Helen !

Ce qui fait que la découverte du corps, l’enquête, les personnages secondaires, tout ce qui fait la force de l’histoire en général passe à la trappe. Pire on se concentre uniquement sur les ennemis d’Helen, ce dont on a l’habitude mais trop d’ennemis tue l’ennemie… MJ Arlidge fait même de quelqu’un de proche – quelqu’un qu’on apprécie – une nouvelle ennemie. Sans vous parler de cette fameuse journaliste – dont j’oublie tout le temps le nom ! – qui traîne encore dans les parages et autant dire qu’après cinq tomes ça commence à tourner en rond 😦

Alors tout est à jeter ? Je n’ai pas dit ça non plus :p Non seulement il y a toujours les chapitres très courts – parfois une seule page ! – qui sauve pas mal les choses, parce qu’à défaut d’être génial le livre se lit vite et avec rythme. Ensuite il y a les 80 dernières pages…

Il est toujours difficile de dire si on peut dire qu’un roman est réussi quand les dernières pages rattrapent tout et je vous laisserais vous faire votre propre débat/avis, pour ma part j’ai été agréablement surpris. Tout d’abord parce que j’avais peur que tout ça se termine en eau de boudin, le genre d’histoire qui se règle en deux pages et ce n’est pas le cas. Ensuite parce que c’est une situation inédite !

Je lirais avec plaisir le tome suivant et avec pas mal d’impatience – quel revirement ! – parce que non seulement je pense qu’on va avoir droit à un schéma à la Columbo mais en plus parce que, en toute logique, et le contraire serait décevant, parce que des têtes vont tomber !

Un tome bien décevant mais qui laisse une porte ouverte à une excellente suite ^^