Nombre de pages : 423.

Éditeur : Harlequin.

Collection : &H.

Date de sortie : 4 juillet 2018.

Prix : 15,90€

 

« Ta vie, c’est un scénario de comédie romantique. »
Si la situation n’était pas si catastrophique, Felicity éclaterait de rire, tant ces mots lui semblent éloignés de la vérité. Pour elle, tomber nez à nez avec l’homme qui lui a brisé le cœur et constater que, dix ans après, il est toujours aussi sexy et hors de portée relèverait plutôt de son mauvais karma. Ne s’était-elle pas réfugiée dans les Hamptons justement pour lui échapper ? Mais, maintenant que Seth l’a retrouvée, Felicity sait qu’elle a une décision à prendre : passer sa vie à fuir ou affronter une fois pour toutes les démons de son passé…

Après les quatre premiers tomes de cette saga que j’aime beaucoup (le dernier : Rencontre dans l’Upper East Side), j’avais vraiment hâte de découvrir le cinquième. Il faut dire que c’est toujours un plaisir de pouvoir lire Sarah Morgan ! Malheureusement ce tome m’aura un peu moins convaincu 😦 Merci tout de même aux éditions Harlequin pour l’envoi de ce nouveau tome 🙂

Je vous propose de commencer directement par ce qui a fait que j’ai moins aimé ce tome : La dramaturgie. On suit en effet Felicity, surnommée Fliss, qui est la soeur la moins joyeuse du groupe. Elle ne crois pas en l’amour, tout juste en l’amitié, encore moins au bonheur et aux bons sentiments. En plus elle se referme comme une huître, ne laisse rien passer et est agaçante au possible quand elle affirme que tout va bien alors qu’il est manifeste que ce n’est pas le cas…

Je ne peux pas supporter ce genre de personnage ! Dans une romance en tout cas. Je vous l’ai déjà dit, ce que j’aime dans ce genre de lecture c’est la légèreté, le fait que ce soit mignon et tout le toutim. C’est impossible ici 😦

Alors bien sûr Fliss a bien des raisons d’être comme ça, c’est même un euphémisme de dire ça, on peut la comprendre. Je suis même bien injuste avec elle, après tout elle a eu une enfance difficile et c’est son caractère, il faut le respecter… Oui mais ça ne l’a pas fait pour moi, on n’a pas toujours l’explication :/ C’est peut-être finalement juste parce qu’une grande partie vient quand même d’elle, c’est elle qui se fait beaucoup d’idée !

En plus de ça, en général dans les romances il y a une part de drame, celui-ci n’est pas une exception au fond… Oui mais d’habitude c’est une part ! Hors ici s’en est presque l’élément principal.

Remarquez, il y a quand même un fameux message à en tirer : L’entourage familiale et la manière dont on traite ces enfants est d’une importance capital. Bon d’accord, en cas de maltraitance, comme avec Fliss, j’enfonce une porte ouverte, mais dans la réalité il y a quand même ce qui ne nous semble pas si grave… Mais que l’enfant absorbe comme une éponge quand même !

Pour le reste heureusement qu’il y a Seth, le héro. Il n’a pas vraiment de passé désastreux (heureusement !), si ce n’est le mal que lui a fait Fliss… Je l’ai beaucoup aimé. Il a un courage et une patience sans borne avec cette dernière et je lui tire mon chapeau. En plus il s’est montré fin psychologue… C’est peut-être ça qui l’a aidé ^^

La fin, heureusement aussi, rattrape un peu tout ça. On a droit à la classique, pas beaucoup de surprise sur ce point, mais tant mieux ! Je ne demande rien de mieux, après tout, que de pouvoir refermer le livre avec un petit sourire 🙂

Mon dieu que c’était laborieux ! Vive le prochain que je vais aimer, je le sais d’avance 🙂

Publicités