Nombre de pages : 251.

Éditeur : Harlequin.

Collection : &H.

Date de sortie : 7 mars 2018.

Prix : 7,50€

 

Depuis qu’elle a abandonné son ancienne vie de tradeuse à Boston pour se lancer dans l’événementiel, Liz peine à joindre les deux bouts. Aussi, quand la célèbre famille Banks lui propose de prendre en charge l’organisation de leur gala annuel, elle saute sur cette occasion inespérée. Mais le patriarche des Banks lui impose bientôt d’être la cavalière officielle de son fils Peter à la soirée, moyennant un généreux dédommagement. Déchirée entre son besoin d’argent et l’envie de remettre à sa place cet odieux personnage, Liz est d’autant plus agacée par ce dilemme qu’elle vient de rencontrer un charmant professeur aux allures de bûcheron canadien. Saura-t-elle prendre la bonne décision  ? 

Vous le savez maintenant les amis Emily Blaine est une autrice que j’aime suivre. Parfois ça passe très bien comme avec les Dear You ou All i want for christmass, parfois ça coince comme avec Si tu me le demandais… Toujours est-il que je me fais un plaisir de la lire à chaque fois ! Merci aux éditions Harlequin pour l’envoi de ce roman ❤

Et force est de constater, et j’en suis le premier déçu, que ce petit dernier fait partie de ceux que j’aurais moins aimé. Pour plusieurs raisons évidemment mais la première tiens sûrement au fait qu’il n’y a pas vraiment ce que je recherche en romance. Vous le savez à force, ce dont j’ai besoin ce sont des moments choupis, mignons, marshmallow, où on sent que les deux protagonistes sont vraiment amoureux et où ils le savent sans se l’avouer… Le truc c’est que le roman est construit d’une façon qui empêche que ça n’arrive 😦

En effet Liz rencontre deux hommes : Johnattan, un garçon plus banal qui lui plaît et puis un autre garçon riche qui ne lui plaît pas du tout… Ce dernier va la payer (ou plutôt c’est son père) pour qu’elle l’accompagne à un gala. Mais elle, elle s’intéresse à Johnattan, sauf qu’elle n’a pas le temps de… Trop occuper avec le gosse de riche : Banks.

Du coup on va passer son temps à jongler entre les deux. Un coup c’est cool, il y a du potentiel. Un coup il n’y en a pas du tout… C’est chouette, je dis pas le contraire, mais en attendant la vraie histoire d’amour n’arrive pas ! Il y a bien quelques moments par ci par là mais à chaque fois qu’on a l’impression que ça démarre ça retombe à plat 😦

En plus cette construction donne l’impression que Liz pourrait à tout moment finir avec Banks. Ça donne du suspens, c’est bien me direz-vous ! Oui mais non, parce que ça serait une hérésie total, puisqu’on sent bien qu’il n’y a rien, strictement rien pour les rapprocher…

Autre chose qui m’a beaucoup marqué, c’est le caractère et le comportement de Liz. On a l’habitude, à tort je trouve, de dire que dans les romances c’est toujours un homme fort, riche et beau contre une cruche. Je ne trouve pas, souvent la fille fait genre, mais ne se laisse pas faire et manoeuvre avec l’intelligence féminine. Ici… Liz est beaucoup trop passive !!!! Elle se laisse faire, elle se laisse convaincre, elle se laisse embrasser sans régir violemment… Je ne dit pas que c’est une fille facile, non, mais un peu de nerf bon sang !

Par contre, bon point, parce qu’il y en a bien sûr, bravo pour la révélation de fin. Bon, j’ai l’habitude de ne rien voir venir mais là… J’étais scié ! Ce retournement de situation était parfait pour relancer les choses et pour enfin rajouter un peu de drama à l’ensemble 😮

Le style de l’autrice est toujours aussi sympa. Même quand on n’apprécie qu’à moitié ça passe et on passe un bon moment ! C’est magique tout simplement, on tourne les pages, on est hypnotisé, on ne se rend compte de rien et on arrive à la fin… Je dis ça je dis rien mais on est en juillet c’est peut-être la période idéal pour ce genre de récit ???

Enfin, Emily Blaine nous offre quand même une conclusion digne de ce nom ❤ Aaaaaah je sais je suis un incorrigible optimiste et romantique (et pas rome antique) mais moi ce genre de conclusion qui me donne le sourire aux lèvres, j’en redemande !

Cette romance ne m’a malheureusement pas vraiment convaincue. Mais Emily Blaine est tellement douée que même dans ce cas là, ça passe…

Publicités