Salut les amis,

Vous vous en souvenez sûrement il y a quelque temps, début mars, je vous avais annoncé que je voulais tout arrêter… Que ce soit le blog, la chaîne ou les réseaux sociaux, voulant seulement continuer le temps de chroniquer les SP reçu. J’ai finalement changé d’avis et après le soutien que vous m’avez apporté il me semblait normal de vous en parler !

Comme je vous l’avais expliqué il y avait beaucoup de choses qui n’allaient pas :

  • Les SP. J’avais ce sentiment d’avoir trop de SP en attende, trop de SP en retard, d’en avoir trop demandé. Je me sentais coupable, non seulement du nombre que j’avais en ma possession mais aussi du retard que j’accumulais…

Cependant ces quelques semaines d’arrêt m’ont permis de relativiser. Tout d’abord j’ai compris que oui, je reçois beaucoup de SP mais que je « travaillais » pour, ils ne me tombent pas tout cuit dans le bec ! Ensuite mon sentiment de culpabilité d’en demandé trop venait plus du fait d’être critiquer là-dessus que de mon propre sentiment… On ne m’a jamais rien dit directement sur le sujet mais on m’a fait des réflexions : vu comme j’ai craqué je suppose que ces réflexions me faisaient plus de mal que je ne le pensais…

Enfin j’ai compris que je n’aimais pas le côté « business » du SP. Ne criez pas au loup ! Je m’explique. J’ai le sentiment qu’il y a deux types de relations dans les partenariats : Ceux où l’on s’entend bien avec l’attachée de presse et puis ceux où ça va sans plus. Je suis quelqu’un de profondément humain et je déteste cette sensation que le SP n’est rien d’autre qu’une relation « de travail »…

J’ai besoin de sentir le bon feeling, l’accroche, l’estime, la considération. Et croyez-moi ce n’est pas le cas partout ! Alors certes, vous me direz que c’est le monde des grands et que c’est comme ça que ça marche chez les adultes… Pour un travail rémunéré peut-être, pas pour un hobby. Mais ce n’est que mon avis !

Du coup je me suis simplement dit que je n’avais qu’à continuer avec les Maison d’édition où ça se passe bien et où j’ai de bonne relation… En gros ils veulent de moi, tant mieux. Sinon tant pis 🙂

  • Les réseaux sociaux. Je ne supportais plus le comportement et la façon de réagir de chacun sur Facebook ou Twitter… Cette façon dont a les gens de réagir à outrance ! Ludo dit ça ? C’est un salop ! Ludo dit ça ? Il règle ces compte en public ! Ludo dit ça ? Ooooooh c’est méchant ! Ludo… Bref vous avez compris !

Je ne sais pas comment vous vous voyez la chose mais j’ai toujours trouvé que l’intérêt de la blogosphère, de booktube ou de bookstagram était de pouvoir échanger autour des livres en eux-même mais aussi à tout ce qui tourne autour… C’était tout le paradoxe qui m’a donné envie d’abandonner… Comment continuer a donner son avis si dès qu’on le fait on passe pour le méchant, si on ne cherche pas à faire l’effort intellectuel de comprendre ce que vous voulez dire ou de comprendre vos arguments. Ou encore comment faire si dès qu’on n’est pas d’accord on vous traite avec condescendance ou hauteur ?

Et ne parlons même pas de ceux qui ne vous parle jamais – JAMAIS ! – mais vienne une fois tous les 6 mois vous dire que ce que vous dites est odieux ou tout du moins méchant ? Je ne dis pas que je n’accepte pas qu’on me dise que j’exagère, que ce n’est pas correct,… Juste pas quand ce n’est que dans ces cas là ! Je dis beaucoup de conneries et j’ai des humeurs comme tout le monde mais je fais parfois des choses bien. Soyez là dans les deux cas ou ne soyez jamais 😉

Finalement j’ai décidé de continuer à donner mon avis. J’échangerais avec ceux qui font un effort. Sinon tant pis. Et pour ceux qui ne me critique qu’une fois tout les six mois… Chez moi on dit « J’pète sur tes balles » !

  • La pression inutile que je me mettais sur les épaules. Ça peut paraître idiot et je ne m’en rendais pas compte moi-même mais le fait est que je « m’obligeais » a certaines choses…

Obligation de publier régulièrement, de répondre à tous, d’inventer de nouvelles choses, d’être là,… Il fallait le faire ! Parce que… Ben je ne sais pas. Alors je vous rassure j’aimais faire ça, je ne me forçais pas, c’était bien un hobby. Mais je ne pensais pas toujours à moi ! Je pensais au abonné, à la vie du blog, au partenariat,… Il fallait absolument que les abonnés ai un article à lire, une réponse aux commentaires, que les ME ai la chronique de leurs SP. J’avais la tête dans le guidon ! Je voulais tout faire, le faire bien, mais c’était trop.

Finalement je me suis rendu compte que j’aimais tout ça… Mais pas le rythme que je m’imposais. Depuis la pause j’ai remarqué que j’écrivais et publiai quand je le sentais, que je publiais parfois plusieurs articles le même jour parce que ça me facilitait les choses et même que je passais plusieurs jours sans même allumer l’ordinateur.

Et c’est finalement ce que je pense faire… Ecrire et publier quand j’en ai envie. Faire tout comme avant mais quand j’ai envie. Et envoyer balader tout ce qui m’empêcherait de faire comme j’ai envie. En fait faire comme au début 😀

Je veux être sûr de bien être compris : Je ne me forçait à rien sur le moment. C’est juste que je me suis pris au jeu, dans l’engrenage, que j’ai voulu faire de plus en plus, que je ne m’en suis pas rendu compte et que c’est seulement quand la coupe a été pleine que je me suis mis à réfléchir à tout ça !

En fait j’aurais pu simplifier cette article en vous disant ce qui me fait revenir : L’envie qui a toujours été là ! Tout simplement. J’en avais marre de beaucoup de chose mais pas du blog, pas des articles, pas de vous retrouver, pas de vous parler… Il fallait juste que j’élimine tous ces à-côté qui polluait la chose 😀

Certains d’entre-vous on cru que ce n’était rien d’autre qu’un coup de tête que ce n’était pas réfléchis et cette conviction sera sans doute renforcer par l’annonce d’aujourd’hui. Ils auront l’impression que c’était une tempête dans un verre d’eau, que je n’ai jamais voulu arrêter ou même peut-être que c’était juste pour faire le « buzz »… Je comprendrais même si ça voudrait dire que vous n’avez pas vu mon état sur les réseaux cette fameuse semaine de mars…

Je vous assure pourtant que non, ce n’était pas du « fake » ! Ce que j’écris dans cet article a peut-être l’air simple mais ça découle de réflexion et d’un « diagnostique » de ce qui n’allait pas… Je pense que je n’aurais jamais pensé à tout ça si je n’avais pas arrêté et si je n’avais pas fait le point 😀

Voilà, je pensais important de vous dire tout ça,

j’espère que vous sentiront ces mots aussi sincère qu’ils ne le sont,

Merci de toujours être là,

Ludo.

Publicités