Nombre de pages : 165

Éditeur : Michel Lafon.

Collection : BD.

Date de sortie : 22 mars 2018.

Prix : 20€

 

Au fil de l’année qui défile et des articles de Jazz, nous vivons les temps forts des événements culturels en France. Jazz est journaliste pour les pages culture d’un hebdo.Son chef de service, Aaron, a une fâcheuse tendance à lui refiler les sujets dont personne ne veut. Mais qu’à cela ne tienne, Jazz ne manque pas d’audace et d’humour. Elle arrive toujours à relever le défi pour écrire ses papiers. Des incontournables Victoires de la musique, au train du cholestérol de Brive La Gaillarde, Jazz va de rencontres en surprises, côtoyant tour à tour Francis Ford Coppola, Benjamin Biolay, Amélie Nothomb et bien d’autres stars.

Ce livre m’avait attiré parce que je pensais qu’il avait un côté Chick-Litt, drôle, léger et frais. La couverture donne envie et puis le milieu de la presse est intrigante quand on n’en fait pas partie… J’en attendais beaucoup donc et je dois avouer avoir été un peu déçu. Merci aux éditions Michel Lafon pour l’envoi du livre !

Le point positif du livre c’est qu’il est en effet assez léger, l’écriture est simple, se lis facilement, et ne prend pas la tête. C’est le genre de chose à siroter sur une terrasse en été, sans se prendre la tête !

L’objet-livre est très sympathique aussi. La couverture est cartonnée, les pages sont épaisses, en couleur et sont rugueuse comme on aime. Et puis les dessins de Catel apporte un vrai plus et sont très agréable à parcourir. En plus ces derniers participe pleinement à l’histoire…

Le gros point faible est que c’est beaucoup trop court ! Le livre est construit par mois, une histoire à chaque fois, sur un thème différent, dans un domaine différent. Je suppose que l’autrice a choisi une chose qui lui est arrivé à chaque fois… Cinéma, séries, littérature, art du rangement, théâtre, tout y passe !

Le problème est qu’elle introduit le sujet, nous expose comment son chef la charge d’écrire dessus et nous parle du début de ces recherches. Et c’est tout… Il n’y a jamais de fin ! Ni de comment elle a fait son article, ni une phrase ou deux du dis-article, ni… Rien. Ça s’arrête à chaque fois abruptement 😦

Enfin, je ne peux pas ne pas en parler, il y un chapitre consacré à la romance et à la New Romance. Il m’a mis tellement en colère ! On a droit à tout : C’est nul, on ne va quand même pas parler de new romance alors que c’est la rentrée littéraire (c’est traité au chapitre septembre), l’homme de l’héroïne qui s’enfuit quand il voit la pile des livres, c’est niais, ce sont des romans de gare, on a même droit à « Deux pages pour des livres de m… » 😮 J’ai juste envie de dire à l’autrice que c’est le deuxième livre que je lis d’elle et que je prend bien plus de plaisir à lire ces livre de m… qu’elle !

Je ne sais pas si ça se dit encore mais : Y’a à boire et à manger 😦

 

Publicités