Nombre de pages : 352.

Éditeur : Belfond.

Date de sortie : 22 septembre 2016.

Prix : 19€

 

Première loi : le crime parfait existe. 
Deuxième loi : le criminel parfait n’existe pas. 
Troisième loi : l’enquêteur doit donc concentrer ses efforts non pas sur le crime, mais sur le criminel. 

Bienvenue à Lazillac-sur-Mer, dans l’univers du commandant Samuel Moss dont les armes sont le charme, la séduction et l’art du détail : rien ne lui échappe, que ce soit sur une scène de 
crime ou au quotidien. Cette histoire débute quand la romancière à succès Jade Grivier est retrouvée morte chez elle, dans son bureau, suicidée. Après avoir inspecté les lieux, à sa façon, Samuel Moss conclut qu’il ne s’agit pas d’un suicide mais d’un homicide, dont il identifie immédiatement le coupable. Le plus compliqué, maintenant, pour Samuel Moss, est de comprendre comment le meurtrier a procédé et de prouver sa culpabilité, avec élégance bien sûr, et surtout sans salir ses nouvelles chaussures sur la plage de Lazillac… 

Il y a des livres qui nous attire de par son synopsis mais aussi par la couverture… C’est ce qui s’est passé sur ce livre pour moi. Il faut avouer qu’il est magnifique ! Et puis cette histoire qui nous promettait un héros à la Mentalist m’emballait beaucoup. Merci aux éditions Belfond pour l’envoi de ce roman et à Ibidouu pour la LC 😀

Ce qui frappe le plus dans cette histoire est sa construction. On sait ou devine très rapidement le coupable. Il nous ai donné par le Commandant Moss dès les premières pages et donc tout le sel de l’histoire est de savoir comment ce dernier va confondre ce coupable. Un peu à la Columbo finalement !

Il faut dire que Moss est assez atypique. Il est maladivement maniaque, fait attention à tous les détails et à des méthodes étonnantes. Il est assez sympathique au début, malheureusement ça pose assez vite problème 😦 Il m’a assez vite laissé froid. Alors certes il a ses méthodes et certes c’est ce qui différencie ce personnage aux autres… Des policiers dans un thriller il en existe des milliers, oui mais c’était de trop. C’est à dire qu’à un moment on est plus dans une enquête policière mais dans un cirque. C’est le one-man-show de Moss… Et vas-y que Moss fait ça et vas-y qu’il se permet de faire ça, il se permet de dire ça… Au bout d’un moment ça devient lassant ! Heureusement tout ça est contre-balancer par son passé qui est assez triste puisqu’il a perdu ses parents à cause de… Bah on ne sait pas. Mais ça l’a marqué et on le sent ! 

Pour ce qui est de l’enquête elle-même il faut bien avouer qu’on se prend facilement au jeu. Parce que oui, forcément, on joue les Columbo ^^ On cherche aussi les détails, les failles, on se dit « Ah ça ça v avoir son intérêt,… » En plus de ça les protagonistes donnent tous l’impression d’avoir pu jouer un rôle, on se demande si notre coupable tout désigné l’est vraiment ou s’il n’a pas eu un complice,…

Le style est assez prenant aussi puisque ça se lit assez rapidement. Je l’aurais sans doute fini en deux petits jours si j’avais accroché à Moss. Et on est aidé en cela par les chapitres assez courts !

Et puis on arrive à la fin. Si j’ai aimé la façon dont s’est fait (On raconte comme le coupable s’y est pris mais en entrecoupant les scènes pour des dialogues entre ce dernier et Moss) et la façon dont le coupable s’y est pris (c’était d’une intelligence qui fait froid dans le dos !), je suis resté beaucoup plus dubitatif sur le mobile… C’était un peu sorti de nulle part et un peu tirer par les cheveux. On aurait dit que l’auteur ne savait pas trop et qu’il avait sorti ça de son chapeau. Ma réaction à donc été : « Mouai, d’accord, bof » ^^

Un policier sympatoche, qui a pas mal de défauts et dans lequel je ne suis pas complètement rentré…

 

 

Publicités