Nombre de pages : 744.

Éditeur : Belfond.

Date de sortie : 29 mars 2018.

Prix : 21,90€

 

Maman disait de moi que j’étais un ange. Un ange tombé du ciel. Mais les anges qui tombent ne se relèvent jamais… Je connais l’enfer dans ses moindres recoins. Je pourrais le dessiner les yeux fermés. Je pourrais en parler pendant des heures. Si seulement j’avais quelqu’un à qui parler… Tama est une esclave. Elle n’a quasiment connu que la servitude. Prisonnière de bourreaux qui ignorent la pitié, elle sait pourtant rêver, aimer, espérer. Une rencontre va peut-être changer son destin… Frapper, toujours plus fort. Les détruire, les uns après les autres. Les tuer tous, jusqu’au dernier. Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures. Un homme dangereux. Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique. 
Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Rappelle-toi qui tu es. Rappelle-toi, vite ! Parce que bientôt, tu seras morte.

Karine Giebel est une auteure que je suis assidûment depuis que j’ai découvert De force. J’avais beaucoup aimé son écriture et je me disais que c’était vraiment fait pour moi… Et ça se confirme encore plus avec celui-ci 😮 C’était tout simplement génial ! Merci aux éditions Belfond pour l’envoi de ce roman ❤

Comment parler d’un tel roman ? Quand un roman vous a touché à ce point, c’est difficile de mettre des mots là-dessus… Il faut dire qu’on ne peut qu’être en empathie complète avec Tama ! On est là, on voit se qui lui arrive, on a envie d’intervenir, de faire quelque chose, n’importe quoi mais on est impuissant 😦 On assiste aux choses, on a l’impression que c’est vrai, on est complètement dedans !

J’ai aussi eu beaucoup de mal à certains moments. Tama n’a jamais de répis, ne vis jamais paisiblement ni dans des conditions normales, non, mais il y a des scènes encore plus atroces que d’autres. Il m’est arrivé plusieurs fois de fermer les yeux, de détourner le regard ou même de fermer le livre. Il me fallait un petit moment pour prendre du recul, pour ne pas absorber tout ça comme une éponge…

Le thème de l’esclavage est vachement bien traité aussi ! Non seulement l’auteure le fait très bien mais en plus ça nous mets devant une part sombre de l’humanité. Ça nous montre ce que l’être humain est capable et est prêt à faire. Et ça fait franchement froid dans le dos ! D’autant plus que Karine Giebel nous dit que c’est encore une réalité à notre époque 😦

Et puis, honnêtement, le fait que ça touche une jeune fille, c’est encore plus touchant. Ça serait terrible si ça touchait un adulte évidemment mais à chaque fois qu’on a affaire à un enfant c’est encore plus effrayant. Je n’aime pas hiérarchiser mais on est dans un degré supérieur d’horreur là 😮

Le style quant à lui est juste génial ! Et ça fait partie de la réussite du livre je pense. On aurait vite pu tomber dans le trash gratuit, dans la lourdeur, dans le sensationnalisme. Mais non, tout est d’une justesse incroyable ! En plus de ça ça se lit tout seul, on ne voit pas les pages défiler, les chapitres sont court et on a même droit à des surprises !

La plus grande d’elle étant une certaine ramification. On a en effet droit à certains chapitre qui ne se concentre pas sur Tama mais sur un homme assez mystérieux. Je dois avouer que ça m’ennuyais pas mal au début… Mais quand on se rend compte de ce qui se passe, de la manière dont tout ça est relié… C’est juste du génie 😀

Pour la fin… Elle est… Elle m’a brisé le coeur ! C’était horrible mais en même temps je ne pense pas que ça aurait pu finir autrement 😦

ACHETEZ-LE, LISEZ-LE, CONSEILLEZ-LE… De toute urgence ! Vous m’en direz des nouvelles 😉

 

 

 

Publicités