Nombre de pages : 242.

Éditeur : Nathan.

Date de sortie : 4 janvier 2018.

Prix : 15,95€

 

Dizzy avait 4 ans lorsque sa mère est partie vivre à Katmandou, la laissant seule avec son père. Elle ne l’a pas revue depuis, mais chaque année sa mère lui envoie une lettre ou un cadeau pour son anniversaire. Le jour de ses 12 ans, Dizzy attend donc le courrier avec impatience et reçoit… la visite d’une drôle de femme hippie : sa mère. La jeune fille est bouleversée, d’autant que sa mère lui propose de partir avec elle, faire la tournée des petits festivals de musique. Son père s’y oppose. Mais Dizzy grimpe tout de même avec quelques affaires dans le camion bariolé de sa mère, direction l’aventure au grand air…

Je ne sais pas vous mais il a une chose que je déteste : Chroniquer un livre que je n’ai pas du tout aimé. Alors oui c’est le jeu, dire quand on aime tout comme quand ce n’est pas le cas. Mais ça reste difficile. Cet exercice consistant à trouver les bons mots, à ne pas aller trop loin et puis surtout à respecter l’auteure et son travaille… Je vais essayer :p

J’avais demandé ce livre à Nathan pour inaugurer notre partenariat. Je me disais que je ne prenais pas beaucoup de risques. C’est vrai après tout, Cathy Cassidy c’est simple, doux, ça se lit tout seul, ce n’est pas prise de tête… Pourtant là je ne sais pas ça ne l’a pas du tout fait et je me suis même rendu compte que cette lecture m’énervait !

Le gros problème est donc la mère : Storm. Je dis que c’est une mère mais elle ne mérite clairement pas ce titre. Jugez plutôt. Elle vient voir sa fille après des années mais sans même beaucoup d’effusion, elle lui propose de la suivre dans sa vie de saltimbanque (elle fait le tour des festivals), l’enlève pendant la nuit disant à la petite que son père est d’accord alors que ce n’est pas le cas, lui parle n’importe comment, ne l’a nourri pas correctement, ne la surveille pas, fume des joints avec ces amis juste à côté d’elle… Bref c’est n’importe quoi !

Ça m’a énervé mais surtout je n’ai pas compris. Je ne suis pas sûr que ça soit le genre de truc à faire lire à des enfants. Bon je pense que ça ne les traumatisera pas, on voit bien pire partout ailleurs, mais pourquoi ? Si à la limite il y avait encore une jolie morale à la fin ou une leçon… Mais même pas ! 

A part ça il y a de bons côté… Le style de l’auteure notamment qui n’a pas changé. C’est toujours aussi facile à lire. Ça se lit sans effort et les pages se tournent toutes seules. Je l’ai lu en quelques heures seulement c’est tout dire !

Les enfants auront finalement été LE point qui m’aura fait rester jusqu’au bout. Tout d’abord je voulais m’assurer que Dizzy s’en sortirais sans bobos. Il faut dire que la jeune fille est encore bien naïve et que la malheureuse ne comprend pas sa situation 😦

Et puis il y a Mousse et Finn. Le deuxième m’a paru plus mature mais aussi mis pas mal au second plan, du coup il ne m’a pas marqué plus que ça. Par contre Mousse m’a beaucoup touché, c’est aussi un garçon abandonné par ces parents… Il était si mignon ! J’ai envie de lire le second tome rien que pour lui, même si j’ai peur d’encore m’énerver sur ces parents ^^

Enfin, ce sont les liens d’amitié qui se créent petit à petit tout le long du roman qui est mignon. Dizzy, Finn et Mousse s’aiment vraiment, ça se sent et c’est trop choupi à voir !

La mère complètement folle, dingue et irresponsable m’a complètement gâchée toute ma lecture…

Publicités