Nombre de pages : 396.

Éditeur : Belfond.

Collection : Noire.

Date de sortie : 5 octobre 2017.

Prix : 21,90€

 

Vous pensez connaître la vérité. La vérité est que vous ignorez tout. New Jersey, aujourd’hui. 
Pour surveiller sa baby-sitter, Maya a installé une caméra dans son salon. Un jour, un homme apparaît à l’écran, jouant avec sa petite Lily. Un homme que Maya connaît bien : Joe, son mari… qu’elle vient d’enterrer. Un choc. Et de troublantes découvertes : le certificat de décès de Joe a disparu et l’arme impliquée dans sa mort est aussi celle qui a coûté la vie à la sœur de Maya, Claire, trois ans plus tôt. Mort ou vivant, qui était vraiment Joe ? Doit-on croire tout ce que l’on voit ? Pour Maya, l’heure est venue de plonger dans un passé trouble ; un monde à la frontière entre vérité et illusions. Un monde dangereux, dont elle pourrait être la nouvelle victime.

Je pense qu’il n’y a plus personne parmis-vous à ne pas savoir que j’aime Harlan Coben ni que c’est mon auteur favori… Du coup à chaque fois qu’il y en a un nouveau qui sort c’est un événement pour moi. Je suis à chaque fois aussi impatient que fébrile et je me sens comme un gamin à chaque fois que je vais pouvoir le lire ! Un énorme merci à Belfond pour l’envoi de ce roman ❤

Malheureusement j’ai été légèrement déçu de cette histoire… Vous ne m’entendrez jamais dire qu’un Harlan Coben est mauvais :p Non, mais il faut bien avouer qu’il est largement en deçà de ce qu’il a l’habitude de proposer 😦 Peut-être que mes attentes étaient trop élever aussi…

Le point qui m’a peut-être le plus déçu est le manque de ramifications. J’ai l’habitude avec cet auteur que ça parte dans tous les sens, qu’on ne sait plus où donner de la tête, qu’il y ai révélation sur révélation et que quand on pense que c’est fini ça ne l’est pas. Et bien rien de tout ça ici 😦 L’histoire est bien ficelé, on ne s’ennuie pas mais ça manque de cette touche Coben, de cette différence qui me fait dire à chaque fois que c’est juste incroyable, qui me fait presque trépigner sur mon siège…

Ensuite je n’ai pas compris le personnage de Maya. Je ne peut pas en dire plus sans spoiler mais ce n’est pas très réaliste selon moi. Je veux dire que son comportement tout du long nous fait penser à un truc qui se révèle faux. D’accord ça aurait pu marcher. Si lorsque l’on sait la vérité et qu’on repense aux détails on se disait « Ah mais oui ! C’est vrai que là ou là »… Vous voyez le genre. Sauf que non, je ne suis pas convaincu !

Dans les points positifs par contre on a son style d’écriture qui est toujours aussi fluide. Je ne sais pas comment il se débrouille mais on ne voit jamais les pages défiler ! Je crois que la recette c’est les chapitres courts, avec à chaque fois une dernière phrase qui nous donne vraiment trop envie de lire la première du suivant ^^

Les thèmes abordés sont intéressants aussi. Le premier étant la guerre, les soldats et le syndrome post-traumatique. Est-ce l’ambiance anxiogène qui nous pèse depuis quelques années qui lui a donné l’idée je ne sais pas. Toujours est-il que je trouve ça tellement triste 😦 Le fait que des hommes et des femmes sont prêt à se battre pour son pays, qu’ils sont prêt à aller si loin et qu’ils font preuve de tellement d’abnégation c’est beau. Mais le fait qu’ils reviennent si abîmer, si casser. Que leurs vies est fichues. Ça fait peur et c’est triste 😦

Et puis il y a le thème de la famille et surtout des secrets de famille. Bon, tout de suite, c’est un thème assez répandu, pas de quoi fouetter un chat. Mais c’était plus ou moins réussi et j’ai apprécié cette partie. Même si, comme dis plus haut, ça manquais de ramifications !

Quand à la fin. Du fait de ce que je vous disais sur Maya, elle m’a laissée un peu perplexe. Et pour une fois je n’ai pas été contenté par l’auteur. Une première et une dernière j’espère 😦

Gros gros loupé pour moi 😦 Je suis peut-être plus exigeant avec Harlan Coben qu’avec d’autre mais c’est à vite oublié pour moi…

 

 

 

Publicités