Nombre de pages : 222.

Auto-éditée.

Date de sortie : 8 mai 2017.

Prix : 8,90€

 

Louise, une romancière atteinte de troubles obsessionnels compulsifs qui vit recluse dans son appartement parisien va faire la rencontre d’Adrien, un pâtissier créatif qui puise son inspiration dans la rue et dans les livres. Fermement décidée à ne jamais ouvrir sa porte, elle va se heurter à la détermination du jeune homme qui va s’insinuer progressivement dans son quotidien monotone rempli de rituels. Avec tendresse et humour, ce roman montre la difficulté de rompre avec un équilibre de vie douloureux mais bien installé.

Les amis, j’ai vu ce livre, encore une fois, chez l’amie Saleanndre. L’avis qu’elle avait donné sur son blog m’en avait donné très envie et je le lui avais dit… Ni une ni deux, elle me l’a offert. Oui, parce qu’elle est exceptionnelle ma copinaute ❤ Je l’ai lu, avec plaisir, même si j’ai eu un peu de mal :/

C’est typiquement le genre de livre pour lequel je ne peux pas dire que c’est mauvais ou même que l’histoire ne me plaît pas… Non, le problème c’est son niveau de langue. Biiiiiiien trop élevé pour moi. Bon je vous rassure tout de suite je ne suis pas blond à ce point là (quoique), je comprends bien les mots utilisés. C’est juste que je n’aime pas cette littérature. Celle qui en fait des caisses, qui en rajoute. Qui utilise des mots que je n’utilise pas couramment. Bref la littérature qui en fait des tonnes pour pas grand chose !

Sinon, l’histoire est intéressante. Une dame qui a des TOC tellement énormes qu’elle n’arrive plus à sortir de chez elle. C’est trop compliquer. Trop sale. Au dessus de ces forces. Du coup on se prend à s’attacher à elle. On essaie de la comprendre et on l’a plaint 😦 C’est le moment d’avouer que j’ai moi même quelques TOC : Par exemple, je ne peux m’empêcher de vérifier 3 fois si la porte d’entrée est bien fermée avant d’aller dormir ou de vérifier 5 fois que j’ai bien débranché le fer à repasser… Déjà rien que ça c’est pénible (même si ça ne m’empêche pas de vivre), alors elle, Louise, je la comprends totalement !

Et puis de l’autre côté on a Adrien. Qui est un jeune homme plein d’entrain, de vie, de joie de vivre. Il va, au début du roman rendre visite à Louise, ou plutôt à son palier, parce qu’il est fan de ses romans. Je l’ai trouvé très attachant ! Il est marrant, loyal et patient (et dieu qu’il en fallait, de la patience !). Par contre, je n’ai pas trop compris certaines scènes… Comme lorsqu’il se déshabille sur le palier pour son « amie » qu’il n’a jamais vu 😮

Et on en vient à mon deuxième défaut… La fin ! Non mais, c’est un peu abuser quand même. On lit les 200 pages et quelques, c’est très mignon, on sent qu’Adrien aide Louise à sortir petit à petit de ses TOC, à sortir de chez elle, la fin approche et…. ATTENTION SPOIER : Ça s’arrête là ! Point final, elle ne sort pas de chez elle, on nous lâche comme de veilles chaussettes ! J’étais franchement désabusé 😦

Grosse déception pour moi 😦

 

Publicités