Nombre de pages : 378.

Éditeur : Harlequin.

Collection : &H.

Date de sortie : 4 octobre 2017.

Prix : 15,90€

 

En un regard, un sourire et quelques phrases échangées, Julianne a bouleversé la vie de Cooper. Le temps de leur conversation fortuite sur la terrasse d’un hôtel, elle est parvenue à apaiser les plaies de son âme  et, pour la première fois depuis huit ans, Cooper n’a plus senti le poids de son chagrin. Car, depuis qu’il a perdu sa femme, il se débat chaque jour avec la douleur de l’absence du grand amour de sa vie  ; une lutte qu’il mène pour leur fille, Cecilia, désormais adolescente. Mais, lorsqu’il recroise par hasard Julianne, Cooper comprend qu’il doit prendre en main son destin  : s’il veut une deuxième chance d’être heureux, il va devoir conquérir cette femme qui le trouble. 

Je vous l’ai déjà dit je suis irrémédiablement tombé amoureux de la plume d’Emily Blaine depuis que j’ai découvert sa saga « Dear You », alors quand on me propose son nouveau roman en service de presse, je me suis jeté dessus ! Je remercie évidemment Harlequin pour l’envoi, tout comme je remercie les copinautes Elsa et Amélie pour la LC 😉

Je le dis tout de suite, j’ai beaucoup aimé ce roman, à l’exception d’une scène. J’y reviendrais plus tard… Ah, teasing ! En attendant je voudrais encore une fois souligner l’écriture et le style de l’auteure qui marche toujours aussi bien sur moi. Elle a cette qualité indéniable de vous prendre par la main, d’installer les bases de son histoire en quelques mots et à nous captiver sans aucun soucis… On pourrait presque croire que c’est facile !

Côté personnage on a donc tout d’abord Julianne. Une jeune femme qui a l’air plein d’entrain, fraîche, simple, attachante dès qu’on l’a rencontre. Je l’ai aimé dès le début ! Mais on sent qu’elle a un secret, quelque chose de triste et de terrible. Cependant j’ai eu l’impression qu’elle y survivait mieux que Cooper…

Car oui Cooper a l’air d’être un mec génial, un peu comme Julianne finalement. Seulement il est complètement brisé par la perte de sa femme il y a huit ans. Elle est partie à cause d’une saloperie de maladie 😦 J’ai eu le sentiment qu’Emily Blaine insistait lourdement sur son état : Je le voyais comme quelqu’un de brisé mais aussi de noir, incapable de passé à autre chose et surtout incapable de passer à une autre relation…

Et c’est donc le moment de vous parlez de la scène qui me dérange. On est page 50, on a lu plusieurs fois déjà que Cooper est foutu et à l’occasion d’une pause pour prendre l’air il rencontre Julianne. Jusque là, tout va bien. Ils s’entendent tout de suite bien, commence à flirter et à jouer, à la limite ça me va aussi. Là où j’ai tiqué c’est quand il l’embrasse et danse langoureusement avec elle. Je peux comprendre que c’est un coup de foudre, qu’il se change les idées et qu’il ne pense pas à une relation sérieuse à ce moment là mais pour moi c’était biiiiiien trop rapide ! Il nous dit toutes les 3 phrases qu’il n’oubliera jamais Laura, qu’il est foutu, etc… Et là en 5 minutes, voilà que je t’embrasse, voilà que « ces fesses caressent mon entrejambe », voilà que j’ai plus envie de la quitter. Pouf tout est oublié, comme par magie… Pour moi soit l’auteure aurait du moins insister sur l’état de Cooper ou soit s’arrêter au flirt pour cette première scène :/

Sinon, l’auteure aura réussi à me faire pleurer. Il y a des scènes si touchantes, si émouvantes, si belles que mon coeur s’est serré. Cette scène en partie trois où nos deux amis se parle réellement pour la première fois… Mon dieu, tant de tristesse. Je me suis pelotonner dans mon canapé, encore un peu plus enfui dans mon plaid. J’aurais voulu les consoler, les prendre dans mes bras partager leur douleur. C’était une scène aussi dure que magnifique ❤

Et puis on arrive à la fin, on se dit que tout va bien, qu’ils vont roucouler et… PAF, les fantômes sont encore là ! A ce moment là, on ne peut faire autre chose que de vouloir rentrer dans le bouquin pour les aider. On les supporte. Et je vous assure que je n’en rajoute pas ! Ce n’est qu’un livre mais on est à fond dedans 😮

Et puis viennent la dernière scène ! Mooooooooh ça y est mon côté artichaut ne tiens plus, je fonds, je referme le livre et j’oscille entre larme et sourire !

Très chouette histoire qui m’aura transporté et ému… Dommage pour cette scène qui me pose problème ^^

 

Publicités