Nombre de pages : 336.

Éditeur : Denoël.

Traduit par : Elsa Maggion.

Date de sortie : 6 avril 2017.

Prix : 20,90€

 

Elle, c’est Tina, l’assistante idéale. Zélée et discrète. Lui, c’est le boss. Il est puissant et charismatique, profitant sans scrupule du système. Un beau jour, Tina ouvre les yeux et comprend que respecter les règles ne la mènera pas bien loin. Tina Fontana, trente-deux ans, est l’assistante du très influent Robert Barlow, PDG de Titan Corp. Discrète, efficace et futée, elle est très appréciée de son célèbre patron. Mais après six années à prendre des rendez-vous et à servir des verres de vin qui valent dix fois son loyer, tout le glamour qui auréolait son travail s’est évanoui, contrairement à la charge de son prêt étudiant qui, elle, va crescendo. Mais voici qu’une erreur comptable offre à Tina l’occasion de se libérer de sa dette. Elle a toujours respecté les règles, mais là sa vie pourrait changer radicalement… Et si c’était son tour de devenir riche ?

Je n’avais pas du tout repéré ce titre avant de le voir dans le programme de Denoël et force m’est d’avouer que j’ai été de suite attiré ! Je me disais que ça avait l’air d’un titre frais et sympa à lire à l’approche de l’été… Finalement je n’ai pas été totalement convaincu 😦 Merci à la maison d’édition pour l’envoi du roman !

 J’ai été assez perplexe pendant une bonne partie de ma lecture. Car disons le tout de suite tout le monde vole tout le monde ! C’est complètement immoral et y’en a pas un pour rattraper l’autre 😦 Ça m’a dérangé pendant toute ma lecture et c’est bien dommage…

Car avec un peu de recul je me rend compte que ce roman tient sûrement de la satire. Alors il faudrait vérifier auprès de l’auteure mais je pense qu’elle a voulu dénoncer la place de l’argent dans le monde actuel et ce à travers plusieurs exemples : Le poids de la dette des prêts étudiants sur les jeunes américains, la différence entre les classes moyennes, les faveurs qui sont donnés aux riches uniquement, etc… Et force est de constater que oui ça m’a fait réfléchir un peu en ayant refermé le bouquin.

 Le personnage de Tina m’a plu au début… Elle était forte, un peu folle, prête à faire la fête mais ça s’est vite gâté lorsqu’elle décide de voler son patron. C’est vite fait, comme ça, comme si ça avait peu d’importance et c’est là qu’elle l’a perdu ! Ce qui joue un peu en sa faveur c’est qu’elle le regrette et qu’elle voudrait faire marche arrière…

Chose qu’elle ne peut pas faire car elle se fait prendre par Emily, une collègue. Qui va la faire chanter pour elle aussi détourner de l’argent… Quand je vous dis que tout le monde s’y met ! Inutile de vous dire que Tina et Emily vont se faire prendre et qu’on les faire chanter pour faire la même chose ^^

Et puis il y a le patron : Robert. Qui est le plus gros escroc du lot ! Il a fraudé le fisc plus d’une fois et a bâti sa fortune là-dessus… Pas étonnant que tout le monde se sent capable de le faire 😦

Le style est par contre assez efficace, ça se lit tout seul et très vite…. C’est peut-être se qui m’a permis d’aller jusqu’au bout !

Enfin, il y a une petite romance entre Tina et un de ces collègue. C’était assez sympa et ça rajoutait un peu de légèreté 🙂 J’appréciais ces passages. Même si ce n’était pas suffisant pour rattraper le reste…

Et puis vient la fin… Le pire de tout ! Aucune morale, aucun problème. Tout le monde va bien dans le meilleur des mondes 😦

Un style efficace qui se lit tout seul… Une satire immorale et sans morale ni sanction 😦

Publicités