Salut les amis,

On se retrouve aujourd’hui pour un article un peu spécial puisque je vous propose une petite interview d’Harlan Coben ! Oui, le monstre sacré du policier anglo-saxon, lui-même ❤ J’ai eu la chance et l’honneur de pouvoir passer un petit moment avec lui et de lui poser quelques questions…

Pour la petite histoire, cette rencontre s’est passé le samedi 11 mars. Rendez-vous était donné à 10h15 à son hôtel à Bruxelles. J’ai pu être à côté de lui pendant une petite demi-heure alors qu’il donnait une autre interview avant de monter dans le taxi et lui poser mes questions !

1. J’ai cru comprendre que vous avez écrit votre dernier livre – Intimidation – Qui parle d’un secret autour d’une fausse grossesse – après être tombé sur un site qui propose des articles permettant justement de faire croire qu’on est enceinte… Cette habitude de l’humain à vouloir inventer, mentir, cacher,… Vous fascine-t-elle particulièrement ?

Oui, le site dont je parle dans le livre existe vraiment ! Et quand je l’ai découvert, je me suis demandé ce qu’un homme ferait s’il découvrait que sa femme l’a utilisé. Ensuite je me suis demandé quels autres secrets pouvaient-ils cacher les uns envers les autres… C’est là l’origine d’Intimidation 🙂

2. Il est question d’internet aussi du coup et des nouvelles technologies. Vous êtes du genre à être à la page dans ce domaine ? A être fort présent sur les réseaux sociaux ? A être collé à votre écran ?

Comme tout le monde ! Je fais comme toutes les autres personnes ^^ Je dois m’adapter et utiliser les nouvelles technologies. Surtout si je veux être pertinent et refléter la société actuelle dans mes romans. Il faut que j’en parle et que je les utilise. Mais je ne me considère pas comme très connaisseur dans le domaine…

3. Il y a un point commun dans la plupart de vos romans, c’est que ce sont des personnes « normales » comme vous et moi mais avec un secret ou une catastrophe qui leur tombent dessus… Ça vous amuse de vous demander comment se débrouillera quelqu’un qui n’est pas spécialement prêt à faire face à des situations difficile ?

Je n’écrit pas sur des super-héros ! Je n’écris pas de James Bond non plus ! Je préfères écrire sur des personnes comme toi et moi parce que ça permet au gens de s’identifier facilement comme ça 🙂

4. Y’a-t-il des sujets tabous pour vous ? Je sais que vous n’aimez pas parler politique par exemple…

Hum… Rien n’est tabou ! C’est vraiment une question de comment on se positionne, comment on écrit sur un sujet. Par exemple, je n’aimerais pas tellement écrire sur la maltraitance d’enfants mais peut-être qu’un jour je le ferais ! Parce qu’il n’y a vraiment rien de tabou, il faut juste trouver le bon angle.

5. Comment vous organisez-vous pour écrire ?

Je ne suis pas très organisé ! Quand je commence un roman je connais le début et je connais la fin mais je ne connais pas le milieu de l’histoire. C’est trouver toute cette partie de l’histoire qui constitue le vrai travail d’écriture 🙂

6. En plus de l’écrire de roman, vous vous êtes lancé dans les séries télés. C’est vous qui en aviez envie ? On est venu vous chercher ?

En France c’est Sydney Gallonde qui est venu me chercher, en Angleterre c’est Red production. J’adore raconter des histoire et c’était une nouvelle façon de le faire et c’était très amusant !

7. Vous avez 60 millions de lecteurs, vous êtes traduits dans 43 langues, vous n°1 dans 12 pays à chaques sorties, et vous êtes le premier auteur à avoir remportés les trois prix les plus prestigieux de la littérature policière… D’abord Waoooow ! Et puis comment on fait pour garder la motivation ? L’envie ? Vous avez déjà tout fait non ?

Ce n’est pas mon but d’être numéro un, ce qui me motive c’est que mes lecteurs/lectrices restent éveillé(e) toute la nuit pour lire mes livres ! J’ai envie qu’ils soient émus quand ils lisent. Et j’adore donner envie de lire. C’est ça qui me motive et pas du tout d’avoir cette place de numéro un. Mais parfois on a de la chance et on arrive à avoir du succès parce qu’on s’intéresse aux réactions des lecteurs.

8. Vous allez souvent en France, pays que vous aimez beaucoup d’ailleurs… Qu’en est-il de la Belgique ? Vous la connaissez ? Vous l’aimez ?

Oh, la première fois que je suis venu en Belgique j’avais 14 ans et j’ai eu la chance d’aller voir l’Atomium. Ça m’a beaucoup marqué…. Depuis, malheureusement, je n’ai pas vraiment eu le temps de visiter. On espère plus tard dans la journée aller au Musée des Beaux-Arts mais rien n’est moins sûr, l’agenda est déjà serré ^^ Sinon j’aime beaucoup le caractère des Belges, ils ont quelque chose en plus, on se sent bien ici, on est bien accueilli !

*****

Voilà 🙂 J’aurais aimé poser plus de questions mais on a eu 8 minutes de taxi très exactement ^^ Harlan Coben a fait le maximum pour répondre au plus grand nombre et j’en suis déjà heureux ❤ Je le remercie évidemment ! Tout comme je remercie Belfond, Madame Duperier et Madame Sield 🙂

*****

Alors, dites-moi, elle vous a plus cette petite interview ??

Publicités