61jjphfadzl-_sx309_bo1204203200_Nombre de pages : 430.

Éditeur : Belfond.

Date de sortie : 6 octobre 2016.

Prix : 19,90€

 

categorie-lhistoire

Une belle journée de sortie des classes qui vire au cauchemar.
Une enfant de cinq ans a disparu.
Que s’est-il passé dans la forêt ?
À cinq ans, on est innocent, dans tous les sens du terme.
Pourtant, ne dit-on pas qu’une figure d’ange peut cacher un cœur de démon ?

categorie-mon-avis

Je remercie grandement les éditions Belfond pour l’envoi de ce livre ! J’ai découvert Barbara Abel il n’y a pas si longtemps, en février dernier. Et mine de rien, petit à petit, elle devient une valeur sûre pour moi ! J’étais donc très heureux de pouvoir découvrir celui-ci 🙂

Et comme d’habitude, ça n’a pas raté, j’ai été complètement pris dedans ! C’est fou comme Barbara Abel a une plume addictive. Bon je vous le sors souvent cet argument, j’en convient, mais là c’est du rarement vu ! Je ne peux pas lâcher les romans de cette auteure…

Et c’est d’autant plus remarquable que l’histoire n’est pas rempli de suspens ! On comprend certaines choses trop vite. Cette situation m’a fait penser au « De Force » de Karine Giebel… On perd du suspens mais ça ne nous empêche pas d’être happé par l’histoire et de vouloir continuer. Et finalement, on fait bien d’aller jusqu’au bout car on se rend compte qu’on a beau se penser intelligent, on a pas tout deviné :p

Côté personnage, on a une belle brochette de cas sociaux ! Commençons par Emma, la petite, je crois que je n’ai jamais eu autant envie de secouer une fillette. Qu’est-ce que ce « Je sais pas » est énervant ! Grrrrrr. D’ailleurs, ça m’a étonné qu’à aucun moment un adulte ne la reprend pour lui rappeler la négation :p Ensuite nous avons Mylène, qui m’a encore plus exaspéré. Parce que autant la première à l’excuse d’avoir 5 ans, autant elle est adulte. Professeur en plus ! J’aurais un enfant, je ne serais pas rassurer de lui confier mon enfant. Elle est instable, incapable de se faire obéir, associable… Bref, énervante.

Et puis, il y a le fameux couple Patrick/Camille. Le premier est autoritaire, droit et rempli de moral. C’est le professeur dans toute sa splendeur. Celui que l’on n’aime pas, rigide, qui ne comprends pas qu’être prof c’est être psychologue aussi. Et puis on a Camille, qui trompe son mari. Et surtout, surtout, qui se doute de quelque chose, qui aurait pu faire quelque chose mais qui n’en a pas le courage car oh mon dieu, elle va devoir avouer son infidélité ! C’est vrai que c’est plus important qu’une vie humaine, n’est-ce pas ??

Comme d’habitude le thème de la disparition m’a bien plus. Je ne sais pas trop pourquoi mais j’ai l’impression que c’est une situation qui me plaît bien… Je crois que ça tiens surtout au fait de l’ignorance. Comment peut-on réagir et comment garder son calme quand un proche est quelque part et que l’on ne sais rien ?

La fin, quant à elle, m’a assez plu. Même si elle est assez « hachée », c’est à dire que c’est plus une succession de scènes. Mais ça ne gâche rien ! Et puis, mention spécial pour l’épilogue qui se passe 10 ans plus tard et qui suit Emma. Je ne dirais rien mais j’ai trouvé le dernier mot parfait pour boucler la boucle 🙂

Catégorie - Ma Note

J’ai adoré comme d’habitude avec cette auteure ! Même s’il y a parfois un petit manque de suspens :p

Termométre - Tres tres bon

Publicités