téléchargement (9)Nombre de pages : 450.

Edition : Kennes.

Date de sortie : 17 février 2016.

Prix : 23,49

 

Catégorie - L'histoire

Responsable de la section des crimes majeurs en l’absence de son supérieur, le sergent-détective Victor Lessard se voit confier la mission d’enquêter sur la mort d’un haut gradé du SPVM dont on a retrouvé la tête dans un conteneur à déchets. Formé du jeune Loïc Blouin-Dubois, de l’inimitable Jacinthe Taillon et de Nadja Fernandez, avec qui Victor partage sa vie, le groupe d’enquête qu’il dirige doit faire vite, car l’assassin a laissé un message qui annonce de nouvelles victimes. Confronté à un tueur particulièrement retors, qui peint de lugubres graffitis sur le lieu de ses meurtres et évoque un curieux personnage surnommé le Père Noël;, pressé d’obtenir des résultats rapides par sa hiérarchie sans pour autant recevoir l’appui nécessaire, Victor Lessard s’entête envers et contre tout à résoudre « l’affaire du Graffiteur », dédale inextricable d’une noirceur absolue qui ravivera les meurtrissures de son âme, ébranlera ses convictions les plus profondes et le mènera au bord du gouffre.

Catégorie - Mon Avis

Je remercie tout d’abord les éditions Kennes pour l’envoi de ce livre ! J’avais rencontré l’auteur à la foire du livre en février dernier et j’avais hâte de pouvoir le relire 🙂 D’autant que, je ne sais pas vous, mais je me suis rendu compte que j’avais encore plus de plaisir de lire l’auteur en le sachant si sympa…

Petit précision : « Violence à l’origine » est en fait le quatrième tome d’une saga dans laquelle on suit le sergent-détective Lessard ! La première chose que vous vous dites est « Bon dieu, mais je vais être largué! », n’est-ce pas ? Eh bien, je le pensais aussi, mais pas du tout 🙂 Bien-sûr il y a des références aux autres tomes, à d’autres enquêtes mais ça reste très compréhensible ! Tout juste, cela m’a donné envie de lire les autres ! Et je crois que je vais le faire !

Ceci dit, commençons par… Allé… Le point négatif, comme ça c’est fait. L’auteur joue avec nous, en nous transportant de chapitre en chapitre, je m’explique : On commence avec les chapitres 48/49 et puis nous passons au chapitre 2. On aura droit au chapitre 1 plus tard dans l’histoire. Sans oublier qu’il y a des « Chapitres hors-séries », qu’il y a quatre chapitres 49 et deux chapitre 29 ! Vous suivez ? Alors, certes ça nous fait voyager, certes il n’est vraiment pas difficile de suivre l’histoire mais… C’est pas toujours facile ! Il nous faut à chaque fois quelques lignes pour se repérer et se rappeler de où l’on est.

Ce point positif étant passé, on peut commencer à parler des points positifs, et il y en a ! Premièrement, le suspens. Je vous ai déjà dit que pour moi la force principale d’un thriller, ce qui fait la différence entre ceux et que j’aime et les autres, c’est sa capacité à me tenir en haleine, à me donner envie de veiller tard et de ne pas être raisonnable. Ce fut le cas de celui-ci. L’auteur a su me transporter, a su faire une ambiance prenante, pleine de suspens. Ce livre est plein de rebondissements aussi, et comme d’habitude, je n’ai pas deviné le coupable à l’avance :p

J’ai aussi beaucoup aimé les personnages. Victor Lessard est un vieux loup de mer, qui n’a pas peur mais qui a ses failles quand même ! On sent qu’il en a déjà pas mal vécu et qu’il en a bien bavé dans sa vie. Sa collègue, Jacinthe, est très drôle déjà vu sa façon de parler, elle m’a beaucoup fait rire, notamment quand elle en fait voir de toutes les couleurs à un de ses collègues qui n’est pas très… Dégourdi dirons-nous. Loïc, avec qui tout le monde est assez indulgent, et qui pourtant fait une fameuse boulette à un certain moment. Et j’en passe ! Je vous parlerai tout de même du grand méchant. On pourrait croire que c’est un grand psychopathe et pourtant on peut le comprendre… Je ne sais trop quoi penser 🙂

Deux derniers points que je voudrais développer avec vous. Le thème du livre, qui fait réellement froid dans le dos, à savoir le trafic d’être humain. Comme le dit l’auteur, il a pris des libertés mais c’est bel et bien une réalité :/ Deuxième point, bien plus positif, est le style de l’auteur. Comme avec « Sous la surface » (chronique ici), j’ai avalé ce livre ! Tellement l’auteur manie avec brio les codes de ce genre 🙂

Catégorie - Ma Note

Excepté le petit point négatif exposé plus haut, c’est un sans-faute. Vous serez embarqué dans un univers complexe et dense et vous ne pourrez relâcher le livre avant la dernière ligne !

9,5/10

Publicités