124820

Genre : Comédie.

Réalisation : Jean-Marie Poiré.Avec : Christian Clavier, Jean Reno, Marie-Anne Chazel, Franck Dubosc, Karin Viard, Sylvie Testud,…

Durée : 110 minutes.

Date de sortie : 6 avril 2015

 

Catégorie - L'histoire

Arrivés en 1793, en pleine Révolution française, Godefroy de Montmirail et son écuyer Jacquouille la Fripouille rencontrent Jacquouillet, descendant de Jacquouille et accusateur public, et se retrouvent empêtrés dans la tourmente de la Terreur. Godefroy est confronté à sa descendance de l’époque, qui essaie d’échapper à la Révolution : lui et son écuyer les aident à fuir et tentent de retrouver un descendant de l’Enchanteur pour rentrer à leur époque. Mais encore une fois à la fin du film, l’enchanteur ne va pas renvoyer Godefroy et Jacquouille dans leurs époques et ceux-ci sont alors propulsés en 1943 en pleine Seconde Guerre mondiale…

Catégorie - Mon Avis

J’attendais cette suite depuis si longtemps ! Je suis méga-fan des deux premiers films (pas celui en Amérique qui est une blague), et je suis complètement fan de cet humour, et oui j’assume 🙂 Qu’en ai-je pensé du coup ? J’ai passé un bon moment ! Il y a eu du bon et du moins bon. J’ai donc quelques points à développer avec vous…Jacquouille

Christian Clavier d’abord. Les amis, heureusement qu’il est là ! La plupart de mes rires, si pas tous, est du à lui. J’ai toujours été fan de ces mimiques quand il joue Jacquouille et je l’ai retrouvé avec un bonheur infini. Il a vieilli certes, mais il est toujours excellent dans l’exercice (je vous ai déjà dit que j’étais fan de l’acteur) ! Il nous réserve de nouveau dans ce film quelques répliques d’anthologie : « Houraaaa, c’est plus like », « Ferme ton clapet la grosse courge », « Oh, si c’est de la merdasse royale », « Il est où l’interrupteur – Jour/nuit – nuit/Jour – et le radiateur, et tout, putain mais on s’emmerde ici », « on est revenu au temps des chariottes ! »… Autant de phrases qui m’ont fait exploser de rire !

0001427_gal_003_med

Les autres acteurs. Le gros bémol pour moi ! Jean Reno est fidèle à son rôle mais ne sort rien de très marrant, il ressemble aux Godefroid du 2… Mais c’est pas encore le plus grave ! Le reste de la distribution ne sert à rien ! « La jeune génération » ne m’a pas vraiment fait rire. Tout juste, j’ai eu un sourire lors d’une tirade d’Ary Abittan mais que j’ai trouvé plus vulgaire que drôle… Il manquait un peu les mimiques à la Clavier…

Il manquait un personnage emblématique. L’une des choses que je préfère dans les deux premiers tomes est le personnage de Jacquard dans le un et de Frénégonde qui parle à Ginette comme une débile dans le deux. Le trois a manqué cruellement d’un personnage comme cela. Un personnage un peu crazy !

téléchargement (12)

Ginette, parlons-en ! J’avais adoré Marie-Anne Chazel qui était un peu barré. Ici, on la retrouve dans le rôle de Prune. Elle apparaît assez peu et dans un rôle assez calme ! Dommage, autant c’est intéressant de voir Jacquouillet qui devient donc dans le futur Jacquoille. Autant, je trouve qu’il aurait dû faire de Prune une SDF.

trait_separation_by_lubianse-d4ansye

Pour résumer : J’ai passé un bon moment. Il est un poil en dessous des deux premiers mais bon. C’est surtout Clavier qui rattrape le tout ! Le scénario n’est pas mal et laisse la porte ouverte à un quatrième que je verrai avec plaisir 🙂

12660205_220597408280532_1765079084_n

Publicités