Salut les amis,

Après vous avoir parlé de James BondStar Wars et Indiana Jones, j’ai eu envie de vous parler d’une autre saga que j’aime beaucoup… Die Hard. Bon, c’est vrai que c’est pas les films les « intelligents » ni les plus plausibles et crédibles mais voilà, c’est peut-être mon côté « j’aime quand ça pète dans tous les sens » qui parle 🙂

Live-Free-or-Die-Hard-Poster

La genèse :

En 1985, la 20th century fox voulait adapter le roman Nothing Lasts Forever pour produire une suite au film Commando. Seulement Arnold Schwarzenegger refuse d’y participer ! La fox décide du coup de recycler le projet et d’en faire Die Hard. À l’origine, le scénario était plus sombre et les preneurs d’otages étaient de véritables terroristes. Mais s’agissant d’un divertissement d’été, le scénario a été édulcoré et les terroristes sont devenus des cambrioleurs.

5 films :

Le premier film ayant été un grand succès et ayant rapporté 140 767 956 dollars au box-office mondial, il fut décidé d’en tourner une suite assez rapidement. Le succès ne faiblira jamais vraiment et il y eu, à ce jour cinq films ! Un sixième étant en projet (mais on y revient plus tard !).

  • Piège de cristal :

Un groupe de treize criminels ce faisant passer pour des terroristes prend en otage la tour 14-alan-rickman-die-hard.w750.h560.2xd’une multinational dans le but de volé les 640 millions de dollars caché dans le coffre. Heureusement, John McClan n’est pas loin !

  • 58 minutes pour vivre :

Un groupe de terroristes fait chanter les autorités en coupant les communications entre la tour de contrôle et les appareils en vol d’un aéroport afin de faire évader Esperanza qui arrive à bord d’un avion dans 58 minutes pour être jugé par la justice Américaine. Mais John McClane est toujours dans les parages…

  • Une journée en enfer :

Un magasin est soufflé par l’explosion d’une bombe. L’attentat est revendiqué par un inconnu se faisant appeler Simon. Celui-ci exige que le lieutenant John McClane qui n’est plus en service se livre à un périlleux Jacques a dit à travers toute la ville, à défaut de quoi d’autres bombes exploseront.

  • Retour en enfer :

Des hackers s’attaquent aux différentes infrastructures des États-Unis dans le but d’entamer une liquidation des biens américains. Mais ces attaques terroristes ne sont en réalité qu’un leurre destiné à masquer les véritables intentions des hackers. Malheureusement pour eux, leur plan savamment orchestré sera chamboulé par l’intervention impromptue du lieutenant de police John McClane, escorté cette fois de Matt Farrell, le jeune hacker qu’il a été chargé d’arrêter…

  • Belle journée pour mourir :

John McClane se rend en Russie pour libérer Jack, son fils emprisonné. Il apprend que ce dernier est un agent de terrain de la CIA qui doit récupérer un dossier contenant des preuves pouvant compromettre l’ascension de Viktor Chagarin, un politicien russe haut placé. C’est Yuri Komarov, prisonnier, qui est à l’origine de ce dossier. Jack arrive à s’échapper de prison avec Yuri, et lui propose un marché : son extradition de Russie en échange du dossier. Yuri accepte, mais il se fait enlever par Alik et son équipe, qui travaillent pour Viktor. Eux aussi veulent récupérer le dossier, avec l’intention de le détruire.

Un 6éme en préparation ?

Il y a bien un 6éme film en préparation ! Et toujours avec Bruce Willis ! Il devrait en fait s’agir d’un prequel/suite… Oui, oui, c’est possible ! L’idée serait donc d’organiser une sorte de passage de relais entre Bruce Willis, bien évidemment de retour dans le débardeur de son personnage fétiche, et un nouvel acteur censé incarner un McClane jeune flic dans le New York de la fin des années 70.

Len Wiseman, le réalisateur du quatrième fil est de retour aux commandes. Il a comparé la structure de son futur film à celle du Parrain 2, se déroulant également dans le passé et le présent. Il a aussi déclaré « Quand a-t-il rencontré sa femme ? C’est l’histoire d’amour qu’on ne nous a jamais raconté ! » en parlant du fait qu’il allait explorer ses années au sein de la police de New York et, surtout, sa relation avec Holly.

Pas de date de sortie pour le moment, même si on parle de fin 2017, début 2018…

Bruce Willis :

Bruce Willis est  né le 19 mars 1955 à Idar-Oberstein, en Allemagne de l’Ouest. Il est le fils de David Willis,un soldat Américain, et de Marlene, une banquière Allemande. Il quitte l’Allemagne pour les États-Unis à l’âge de 2 ans et s’installe avec sa famille à Penns Grove dans le New Jersey. Il travaillera comme gardien à la centrale nucléaire de Salem à la fin de ces études avant de devenir Barman. Il a toujours eu un attrait pour la scène et le métier d’acteur mais ce n’est qu’à la fin des années 70 qu’il décide d’en faire son métier !

Il sort de l’anonymat, après plusieurs petits rôles, en 1986 grâce à la série télévisée Clair de lune dans laquelle il interprète le détective David Addison Jr. En 1987, il décroche son premier gros succès grâce à la comédie romantique Boire et déboires mais c’est en 1988 que sa carrière explose grâce à son rôle de John McClane !

Il enchaînera une soixantaine de films dont Pulp Fiction, L’Armée des douze singes, Le Cinquième Élément, Armageddon,Sixième Sens, Incassable, Mon voisin le tueur, Sin City, OtageExpendables 2 et Looper. Que des grands succès ! Il est devenu l’un des acteurs le plus rentables de l’histoire du cinéma alors que ses films ont rapporté plus de 7 milliards au box-office mondial !

Dans Die Hard ?

Bruce Willis n’était pas du tout pressenti pour le rôle à la base ! Je vous l’ai dit au départ on voulait une suite à Commando qui était tiré d’un livre : Nothing Lasts Forever, seulement  Arnold Schwarzenegger refuse. On demande ensuite à Franck Sinatra qui a joué dans le détective mais il refuse aussi ! Le rôle de John McLane est encore proposé à divers acteurs de films d’action comme Sylvester Stallone ou à des acteurs en pleine gloire comme Richard Gere, Al Pacino et Burt Reynolds, ils refusent tous aussi ! Bruce Willis se voit confier le poste après le refus, encore, de Don Johnson, Richard Dean Anderson. Quel chemin !

Anecdotes : 

Je ne sais pas si c’est votre partie préféré mais c’est bien la mienne ! On y va donc pour les anecdotes sur les Die Hard :

  • Le fameux marcel porté dans le premier film est devenu la marque de fabrique du héros de Die Hard. Willis en a fait don à la Smithsonian Institution en 2007, où il est allé rejoindre d’autres objets cultes du cinéma comme les gants de Rocky ou les chaussures rouges du Magicien d’Oz.die-hard2
  • A part le marcel, l’autre particularité de John McLane dans Piège de Cristal, c’est le fait qu’il passe les 3/4 du film pieds nus, à marcher sur des bris de verre. Willis était en fait chaussé de chaussures en plastique couleur chair à l’épaisse semelle. Si vous êtes attentifs, ses pieds paraissent parfois un peu trop larges.
  • Alan Rickman, que vous connaissez sûrement pour son rôle de Severus Rogue dans Harry Potter, faisait en 1988 ses débuts sur grand écran en incarnant Hans Gruber, le chef de cette sympathique bande de terroristes allemands.
  • En parlant de terroristes, si on tend un peu l’oreille lorsqu’ils parlent entre eux (et si on comprend l’allemand), on se rend vite compte qu’ils disent n’importe quoi. Vraiment n’importe quoi. Ils ne savent pas conjuguer et commettent de nombreuses fautes. D’ailleurs, la version allemande du film parle de terroristes « européens ».
  • A priori, fermer les yeux et tressaillir quand on tire un coup de feu est un réflexe normal. Mais quand on est un terroriste allemand déterminé, ça la fout mal. C’est pourtant ce qui arrivait à chaque fois à Alan Rickman ! McTiernan s’est arrangé au montage pour que ça ne se voit pas trop.
  • L’intrigue de 58 minutes pour vivre s’inspire du roman 58 minutes de Walter Wager, livre publié en 1987 et dans lequel un capitaine de la police new-yorkaise divorcé, Frank Malone, vient récupérer sa fille dans un aéroport, dont un mystérieux homme, appelé « Number 1 », a pris le contrôle.
  • Au début des années 1990, 58 minutes pour vivre détenait le nombre record de morts, près de 200, pour un film d’action grand public. Deux avions remplis de passagers qui s’écrasent, on n’était jamais allé aussi loin !
  • Deux scénarios pour le troisième Die Hard furent tour à tour envisagés puis abandonnés. L’un, intituléTroubleshooter, racontait comment John McClane, en croisière aux Caraïbes avec sa famille, se retrouve aux prises avec de nouveaux terroristes. L’autre version avait pour toile de fond la prise de contrôle du réseau métropolitain à Los Angeles.
  • Au début d’Une journée en enfer, Simon Gruber force John McClane à déambuler dans les rues de Harlem avec un écriteau sur lequel on peut lire « I hate niggers », littéralement « je hais les nègres ». Or il faut savoir que cette inscription a été ajoutée après coup, en postproduction. La version initiale durant le tournage indiquait « I hate every body » (« Je hais tout le monde »).
  • Le titre de travail de Une journée en enfer en VO était « Simon Says ». Dans la première mouture du scénario, le personnage de Zeus devait être campé par une femme.
  • Fidèle à son image, John McClane n’est pas très à l’aise avec la technologie dans le quatrième opus, et encore moins dans cet épisode où l’histoire tourne autour d’un piratage informatique – on se souvient de ses difficultés à utiliser un fax dans 58 minutes pour vivre. Ici, une bonne partie de l’humour du film naît de l’opposition entre les méthodes à l’ancienne du policier et celles, supermodernes, de son adversaire.
  • Pour Len Wiseman, réaliser ce quatrième épisode de la saga Die Hard était un rêve d’enfant… Il avait tellement aimé Piège de cristal, sorti lorsqu’il était encore lycéen, qu’il avait réalisé avec ses copains un court-métrage inspiré du film !
  • Au départ, le cinquième volet de la franchise Die Hard devait voir son action se dérouler à plusieurs endroits de la planète, à l’instar d’un James Bond par exemple.
  • La grande scène de course-poursuite a nécessité 82 jours de tournage ! « Sur l’autoroute, dans des rues étroites, sur des ponts, en détruisant au passage des dizaines de voitures haut de gamme… C’est vraiment du grand spectacle ! », déclare John Moore.
  • images (2)Au début du film, on peut entendre Bruce Willis chanter « New York New York » de Frank Sinatra dans un taxi. A noter que le célèbre chanteur était à l’origine pressenti pour camper John McClane dans le premier Die Hard…

*****

Voilà sur Die Hard ! J’espère que cet article vous aura plu ! Qu’en avez-vous pensé ?

Si vous avez des sagas sur lesquels vous aimeriez un article, n’hésitez pas à me le proposer !

12660205_220597408280532_1765079084_n

Publicités