Salut les amis,

On se retrouve pour le traditionnel book haul ! Je vous étonne si je vous dis que je n’ai pas vu le mois passer ? Ce mois était censé être assez calme, mais comme d’habitude… Pas tant que ça :p

Les services presse :

Promesse, de Jussi Adler Olsen – Albin michel :

téléchargement (2)
Bornholm, une île danoise de la mer baltique, fin des années 1990. Le cadavre d’une jeune fille est retrouvé dans un arbre, son vélo broyé au bord de la route. Aucune trace du chauffard : affaire classée. Sauf pour un inspecteur de la police locale qui finit dix-sept ans plus tard par demander l’aide de l’inspecteur Carl Mørck. Avant de se tirer une balle dans la tête.
À l’initiative de Rose, l’assistante du flegmatique Mørck, l’insolite trio du Département V en charge des cold cases débarque sur l’île de Bornholm. En remuant le passé, ils prennent le risque de réveiller de vieux démons…

Virtuous, de M.S. Force – Hugo&Cie :

41GxE6iW73L._SX315_BO1,204,203,200_

Natalie arrive du Nebraska pour être maîtresse d’école à New York. Un jour où elle promène son chien, elle tombe, son chien lui échappe et pénètre sur le tournage d’un film. L’homme qui l’aide à se relever, Geoffrey est l’une des grandes stars d’Hollywood. Dès qu’ils se regardent, ils tombent amoureux l’un de l’autre. Mais Natalie a un secret, elle veut bien être son amie mais il n’y aura pas de relation sexuelle entre eux. Elle lui explique qu’elle a été violée quand elle avait 15 ans. Il est tellement fou d’elle qu’il accepte bien qu’étant un dominant sexuel, adepte de jeux BDSM et possédant une boîte très privée où se déroulent des soirées très chaudes. Natalie, elle, est mystérieuse, douce, un peu naïve et attachante.

Journal d’un vampire en pyjama, de Mathieu Malzieu – Albin Michel : 

téléchargement (5)

« Me faire sauver la vie est l’aventure la plus extraordinaire que j’aie jamais vécue. »

Mes achats :

La femme du Ve, de Douglas Kennedy – Belfond :

téléchargement (3)

Quand il débarque à Paris par un froid matin d’hiver, Harry Ricks est au fond du trou. Une récente série de désastres personnels l’ont poussé à quitter précipitamment les États-Unis et la Ville lumière est sa dernière chance de refaire sa vie. Hélas ! La réalité est bien loin des cartes postales. Fauché, échoué au fin fond du Xe arrondissement, logé dans une chambre de bonne crasseuse du Faubourg-Saint-Martin, notre Américain à Paris a bien du mal à joindre les deux bouts entre un boulot minable et l’hostilité des habitants du quartier. C’est alors qu’il fait la connaissance de Margit, une belle et mystérieuse hongroise. Bientôt, Harry succombe à une passion dévorante pour cette femme sensuelle et plus âgée, à qui il ne tarde pas à raconter tous ses secrets. Sa vie va soudain prendre une tournure inattendue…

Derrière la haine, de Barbara Abel – Pocket :

51NPKp9pi4L._SX298_BO1,204,203,200_

D’un côté il y a Tiphaine et Sylvain et de l’autre il y a Miléna et David. Voisins du même âge, partageant les mêmes passions et la même conception de la vie, les deux couples sont devenus inséparables et, malgré la mince cloison qui les sépare, on peut dire qu’ils vivent joyeusement les uns avec les autres. Une amitié fusionnelle tout naturellement renforcée quand deux petits garçons viennent au monde pour enchanter les maisons. Maxime et Milo naissent la même année, grandissent ensemble, comme deux jumeaux qui le soir venu rentreraient dormir chez leurs parents respectifs. Mais ce tableau idyllique éclate violemment le jour où Miléna est témoin d’un tragique accident qui coûtera la vie au petit Maxime, le garçon de ses voisins. Hantée par la culpabilité de n’avoir pas pu aider l’enfant et par la douleur d’avoir perdu un être qu’elle aimait comme un fils, Miléna commence à s’inventer des histoires, aveuglée par la douleur. Tiphaine lui en veut, elle va se venger, elle projette de tuer Milo qui lui rappelle chaque jour l’enfant qu’elle a perdu. Miléna a tellement peur de perdre son enfant, de vivre ce qu’a vécu Tiphaine… La paranoïa l’isole du reste du monde et elle ne comprend pas que c’est peut-être elle qui est en train de tuer son fils, à petit feu…

Mauvais garçons, de Linwood Barclay – France Loisirs :

téléchargement (7)

Zack Walker a enfin trouvé un job. Lui, l’angoissé chronique, l’obsédé de la sécurité, a renoncé à ses activités d’homme au foyer et d’écrivain de science-fiction pour entrer à la rédaction du journal local. Soulagement général ! Cependant, depuis quelque temps, la ville est en proie à une vague de délinquance sans précédent qui inquiète la population. Chacun soupçonne Barbie Bullock, un redoutable gangster connu pour ses méthodes expéditives… et sa collection de poupées. Zack versus Barbie? Le combat s’annonce inégal. Quoique… L’imagination permet de changer bien des choses.

Celle qui en savait trop, de Linwood Barclay – Belfond : 

41n3HRu034L._SX307_BO1,204,203,200_

Pour arrondir ses fins de mois, Keisha Ceylon a eu LA bonne idée : troquer ses balais de femme de ménage contre une boule de cristal. Entre thème astral et marc de café, elle s’est fait une spécialité : faits divers et disparitions. Cinq mille dollars contre l’espoir de retrouver un être cher : certaines familles sont prêtes à tout. Et justement, Wendell Garfield est sans nouvelles de sa femme Ellie, volatilisée à la sortie du supermarché une semaine plus tôt. Aucun indice, la police piétine. La presse est en émoi. Wendell et sa fille sont affolés : l’heure est idéale pour l’arnaqueuse qui se prépare à livrer sa plus belle, sa plus troublante, sa plus dangereuse vision… Car, sans le savoir, la fausse voyante vient de frôler de très près une vérité meurtrière. Et de réveiller les instincts d’un tueur en liberté… Quand l’humour se mêle à l’angoisse : le nouveau coup d’effroi du créateur de frissons.

Reçu en cadeau :

Paris est une fête, d’Ernest Hemingway – Folio :

516B4rXMX-L._SX301_BO1,204,203,200_

Au cours de l’été 1957, Hemingway commença à travailler sur les «Vignettes parisiennes», comme il appelait alors Paris est une fête. Il y travailla à Cuba et à Ketchum, et emporta même le manuscrit avec lui en Espagne pendant l’été 59, puis à Paris, à l’automne de cette même année. Le livre, qui resta inachevé, fut publié de manière posthume en 1964. Pendant les trois années, ou presque, qui s’écoulent entre la mort de l’auteur et la première publication, le manuscrit subit d’importants amendements de la main des éditeurs. Se trouve aujourd’hui restitué et présenté pour la première fois le texte manuscrit original tel qu’il était au moment de la mort de l’écrivain en 1961. Ainsi, «Le poisson-pilote et les riches», l’un des textes les plus personnels et intéressants, retrouve ici ces passages, supprimés par les premiers éditeurs, dans lesquels Hemingway assume la responsabilité d’une rupture amoureuse, exprime ses remords ou encore parle de «l’incroyable bonheur» qu’il connut avec Pauline, sa deuxième épouse. Quant à «Nada y pues nada», autre texte inédit et capital, écrit en trois jours en 1961, il est le reflet de l’état d’esprit de l’écrivain au moment de la rédaction, trois semaines seulement avant une tentative de suicide. Hemingway y déclare qu’il était né pour écrire, qu’il «avait écrit et qu’il écrirait encore»…

La rêveuse d’Ostende, d’Eric-Emmanuel Schmitt – Albin Michel : 

téléchargement (4)

Pour guérir d’une rupture sentimentale, un homme se réfugie à Ostende. Sa logeuse, une vieille dame solitaire et mystérieuse, Emma Van A., se confie peu à peu à lui et, un soir, finit par lui avouer son grand secret : une étrange et incroyable passion amoureuse. Fiction ou réalité ? Cinq histoires : « La rêveuse d’Ostende », « Crime parfait », « La guérison », « Les mauvaises lectures », « La femme au bouquet » où Eric-Emmanuel Schmitt montre le pouvoir de l’imagination dans nos existences. L’auteur d’Oscar et la dame rose n’a plus rien à apprendre de l’art du récit ni de celui du portrait. On s’installe dans son univers comme au coin d’un bon feu de bois. On y est bien, on y croit, on rêve. Que demander de mieux ? Dominique Bona, Le Journal du dimanche.

Et vous ? Qu’avez-vous acheté ?

12660205_220597408280532_1765079084_n

Publicités